Friday 13 December 2019
Politique

Togo/ Présidentielle 2020 : un nouveau complot international en marche contre le peuple togolais ?

Si depuis plus de 50 ans, le Togo n’a pas connu de véritable alternance, c’est aussi parce qu’il y a un complot international qui tente à maintenir ce pays sous le joug de la dictature des Gnassingbé. On assiste à une complicité de la part de la fameuse communauté internationale ou du moins de certains acteurs qui tirent leur épingle du jeu. A l’aune de chaque élection ou crise politique, les Togolais assistent pantois au ballet des diplomates commerçants qui viennent pour apporter leur caution au régime en place.  Parmi ces pourfendeurs de la démocratie togolaise, on retrouve le sulfureux Mohamed Ibn Chambas, un des soutiens indéfectibles de Faure Gnassingbé. Ce dernier était à Lomé pour manifestement jouer, à la veille de 2020, le rôle qu’il sait jouer le mieux.

Le représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas était au Togo avec pour mission de rencontrer les acteurs politiques dans le cadre de l’élection présidentielle qui se tiendra probablement dans 3 mois.

« L’année 2020 sera une année d’élections en Afrique de l’Ouest en commençant par le Togo. Et comme d’habitude, les Nations Unies et la CEDEAO vont travailler ensemble avec le Togo pour voir comment nous pouvons être utiles pour assurer des élections crédibles et transparentes », a déclaré Mohammed Ibn Chambas lors d’une rencontre, le 11 novembre dernier, avec la présidente de l’Assemblée nationale. Mais sa présence au Togo à la veille d’une telle échéance suscite beaucoup de question surtout quand l’on connait les manœuvres organisées pour soutenir la dictature de Faure Gnassingbé depuis 2005. A l’époque, alors qu’il était encore secrétaire exécutif de la CEDEAO, il a fait changer de position à cette institution communautaire qui avait dénoncé le coup d’état militaire ayant porté Faure Gnassingbé au pouvoir, un 5 février de cette année, le jour même de l’annonce de du décès de son père, Eyadema, qui a régné de façon dictatoriale sur le Togo pendant 38 ans. il était également de passage en novembre 2014 à la veille des élections de 2015. Après toutes les magouilles orchestrées par ce régime, pour pouvoir conserver le pouvoir en 2015, le Ghanéen a salué la réélection pourtant controversée de son ami Faure Gnassingbé pour un 3ème mandat. Cette façon d’agir du Ghanéen, se ranger du côté du pouvoir, a été la cause principale de sa récusation    par les forces démocratiques suite manifestations d’août 2017.

Mais le revoilà encore au Togo à la veille des échéances de 2020 pour une traditionnelle rencontre avec les acteurs politiques dans le cadre d’une mission conjointe CEDEAO-ONU. Va-t-il encore profiter des privilèges, à lui, réservés par le pouvoir et cautionner la fraude électorale en 2020 comme les années précédentes au moment où le peuple togolais aspire tant à une alternance au sommet de l’Etat ?

Au-delà de ce sinistre personnage, il faut reconnaître qu’il y a de ces individus sans scrupule qui apportent contre des espèces sonnantes et trébuchantes la dictature de Faure Gnassingbé. Il est évident que sans ce soutien extérieur aussi bien des individus que de certains Etats dont la France, le pouvoir de Lomé aurait du moins subi une métamorphose. Jusqu’à quand va durer ce complot international contre le peuple togolais qui n’aspire qu’à un mieux-vivre dans un véritable Etat de droit ? l’avenir nous situera.

Boss Shalino

fr_FRFrench
fr_FRFrench