Friday 13 December 2019
Politique

Togo/Déclaration des biens des hautes personnalités de l’Etat : et si Faure donnait le bon exemple

Le gouvernement togolais s’est réuni en Conseil des ministres, le mercredi 27 novembre 2019, sous la présidence du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. Au cours des travaux, le conseil a adopté quatre (4) projets de loi, trois (3) projets de décret, écouté deux (2) communications et abordé des divers.

Au titre des projets de loi, le premier projet de loi adopté fixe les conditions de déclaration des biens et avoirs des hautes personnalités, des hauts fonctionnaires et autres agents publics.

D’après le gouvernement, l’adoption de ce projet de loi renforce les diverses mesures législatives et réglementaires déjà prises dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la corruption ainsi que de la promotion de la bonne gouvernance.
« On peut ainsi noter notamment la mise en place de plusieurs corps de contrôle, l’adoption du code des marchés publics ou encore du code d’éthique et de déontologie en matière de marchés publics et délégations de services. Il s’inscrit donc dans le cadre des efforts de l’Etat tendant à promouvoir la transparence dans l’exercice des fonctions publiques, à garantir l’intégrité et la probité des serviteurs de l’Etat et prévenir l’enrichissement illicite », poursuit le communiqué sanctionnant le conseil des ministres.

En effet, l’article 145 de la loi fondamentale du Togo stipule que : « Le président de la République, le Premier ministre, les membres du Gouvernement, le Président et les membres du bureau de l’Assemblée nationale et du Sénat et les directeurs des administrations centrales et des entreprises publiques doivent faire devant la Cour Suprême une déclaration de leurs biens et avoirs au début et à la fin de leur mandat ou de leur fonction. Une loi détermine les conditions de mise en œuvre de la présente disposition ». Ce qui veut simplement dire que Faure Gnassingbé lui-même est concerné, selon la Constitution adoptée avant son arrivée au pouvoir. il devrait le faire dès sa prise de pouvoir en 2005, mais ce fut pas le cas. Or, ce projet de loi vient d’être adopté  le 28 novembre 2019. Cela sous-entend-t-il que les biens mal acquis par les hautes personnalités et hauts fonctionnaires sous Faure Gnassingbé depuis 2005 vont être bientôt légalisés s’ils venaient à déclarer leurs biens ?

Il n’est jamais trop tard, dit-on, mais la charité bien ordonnée commence par soi-même. Et si Faure Gnassingbé, lui-même, donnait l’exemple en déclarant ses biens en premier ?

Joëlinho

fr_FRFrench
fr_FRFrench