Monday 27 January 2020
Opinion

opinion: À propos de la vente de TOGOCOM

 

Dans nos précédents écrits, nous avons relevé que les sommes issues de la vente de 51% des parts de l’Etat togolais dans TOGOCOM bradées à des intérêts obscurs qui ne sont autre que la famille au pouvoir, avec les prête-noms AXIAN et AGOU HOLDING, n’ont pas été inscrites dans les lignes budgétaires en recettes pour l’année 2020 à venir.

Eh bien, c’est fait. En conseil des ministres vendredi 14 décembre 2019, le gouvernement a adopté (en l’espace de deux mois) une nouvelle loi de finances rectificative pour l’exercice 2019 qui intègre la somme de 48,3 milliards FCFA dans les recettes du budget…2019 !!! Safouroulaye !

En somme, pour répondre aux mauvaises langues qui ont détecté cette grosse fraude de plus orchestrée par les gouvernants qui croyaient en l’ignorance et la naïveté des citoyens que nous sommes, ils feignent de jouer la carte d’une pseudo transparence en incorporant au budget 2019 l’argent supposé payé par les prête-noms qui ont acheté la participation majoritaire dans TOGOCOM.

En clair, le gouvernement togolais dit : « Nous avons vendu 51% des parts de l’Etat dans TOGOCOM à 48,3 milliards FCFA. Cette somme fait partie du budget de 2019 que nous avons déjà dépensé !!! »

En plus, 48,3 milliards correspondant à 51% de TOGOCOM veut dire que la société entière vaut 94,71 milliards FCFA.

Alors que l’évaluation financière de la société était de 210 milliards, les 51% vendus devraient générer au bas mot 107 milliards de FCFA au trésor public togolais.

Et on vient dire aux Togolais que c’est 48,3 milliards qu’on a obtenus, et en plus, qu’ils sont déjà dépensés en 2019 !!!

Aoooo, Togolais, ne dormons plus là, ça suffit. Regardez à quelle échelle nos richesses sont pillées et bradées et on est assis à regarder faire !!!

Une société qui appartient à tous les Togolais, qui devrait être vendue au bas mot à 107 milliards, on dit qu’elle est vendue à 48,3 milliards, soit 59 milliards FCFA détournés.

Les crimes économiques ont de beaux jours encore au Togo.

Un citoyen togolais 

Boss Shalino

fr_FRFrench
fr_FRFrench